Mix concessions digital automobile webhelp

Automobile : Réussir le bon mix entre digital et concessions

Mix concessions digital automobile webhelp

Les nouvelles attentes des acheteurs d’automobile et les dernières innovations des constructeurs prouvent que digital et concessions ne sont pas exclusives. Au contraire, tout l’enjeu est d’en réussir le bon mix. Le contexte sanitaire a accéléré sa mise en place et la tendance sera pérenne.

  1. La fin de la fidélité aux marques automobiles et le décollage de la MaaS
  2. Une digitalisation croissante liée à une connectivité accrue
  3. Une offre automobile diversifiée et personnalisée
  4. De nouvelles normes environnementales et de sécurité
  5. Placer le client, et ses données, au centre de la relation

 

Qui va gagner le match « digital » vs « concessionnaires » ? Personne, très probablement… en tous cas pas avant quelques années. Pourtant, déjà, une forte inquiétude s’exprime du côté des concessionnaires, comme en atteste l’article des Échos : Automobile : face à la vente en ligne, le blues des concessionnaires.

Il est vrai que les performances de la Vente À Distance peuvent être impressionnantes, comme nous avons pu en témoigner dans notre article Automobile : plus de 400 k€, c’est le CA mensuel que réalise un agent de vente au téléphone.

Et il est vrai également que les performances en VAD d’un acteur comme Tesla sont très enviables… au point que l’entreprise américaine devient la référence du domaine. Pour autant, Tesla compte désormais 12 points de vente, en France, autant qu’en Suisse !

De fait, les concessionnaires gardent de puissants atouts, sous réserve de savoir s’adapter, comme le souligne l’étude du CNPA consacrée à l’avenir du « business model » des concessionnaires automobiles en France :

  • 86 % des automobilistes interrogés considèrent que le contact humain reste « important », voire « très important »
  • la France reste le pays européen qui concentre le plus grand nombre de sites de vente, mais la réduction des sites primaires est inéluctable, comme l’est déjà celle des agents de marque
  • de nombreuses initiatives et innovations semblent porteuses (ateliers mobiles, livraison à domicile, nouveaux outils de financement…)
  • au final, l’ensemble des constructeurs estime cependant que les réseaux de distribution physiques doivent évoluer, pour favoriser le canal digital
  • le concessionnaire de demain devra composer avec des plateformes digitales incontournables pour la génération de leads, en BtoC et en BtoB.

 

Chez Webhelp, nous continuons donc de penser que le canal digital et le canal physique sont complémentaires, et qu’il n’est guère pertinent de les opposer ou de craindre une cannibalisation de l’un par l’autre.

Au contraire, c’est leur synergie qu’il convient d’organiser. Et cela en tenant compte des spécificités, et du niveau d’avancement technologique, de chaque acteur.

L’objectif ultime, et partagé, étant – encore et toujours – de placer le client, et ses données, au centre de la relation. Dans ce but, et en portant ses regards bien au-delà de la crise sanitaire, les actions concrètes autour de la Relation Client devront s’inscrire dans un contexte de vente marqué par 5 tendances majeures. Julie Bouis, Directrice des Ventes Automobile & Mobilité, nous éclaire :

 

  1. La fin de la fidélité aux marques automobiles et le décollage de la MaaS

C’est un fait : ils sont bien rares aujourd’hui, ces acheteurs qui, pour toute leur vie, ont juré fidélité à une marque automobile. Les acheteurs sont plus volatiles, pour plusieurs raisons, notamment parce qu’ils sont devenus plus exigeants, plus informés (via des comparaisons sur Internet notamment), et qu’ils accordent plus de poids à des critères comme le design et la performance écologique.

En toile de fond, surtout pour les jeunes générations, la voiture est perçue comme un service. D’où l’expansion de nouveaux modèles de mobilité (covoiturage, nouveaux modèles de location…), et la multiplication des plateformes de Mobility As A Service (MaaS).

Automobile car sharingPour en savoir plus :

 

  1. Une digitalisation croissante liée à une connectivité accrue

Les voitures produisent un flux de données considérable et tous les nouveaux modèles en Europe sont connectés : la tendance est explosive et irréversible. Cette digitalisation change fortement l’expérience de conduite, et devient aussi un facteur de compétition qui pourrait favoriser de nouveaux entrants comme les BATX. Autre enjeu stratégique majeur : le partage des données du véhicule, et la montée en puissance de nouveaux acteurs, dont les Vehicle Data Hubs.

Automobile data voitures connectées

Pour en savoir plus :

  1. Une offre automobile diversifiée et personnalisée

Les constructeurs tentent de s’adapter aux préférences de leurs clients, lesquels peuvent imaginer le voiture de leurs rêves via des interfaces digitales très abouties (3D, réalité virtuelle, customisation en live…). D’où de grands défis pour les constructeurs, en termes de design, d’agilité industrielle, de modélisation et de promotion de leurs gammes. Sans oublier la transformation digitale du SAV pour mieux accompagner chaque client (accessibilité aux garages 24/7, diagnostic vidéo…).

Pour en savoir plus :

 

  1. De nouvelles normes environnementales et de sécurité

L’accord de Paris, portant sur le climat et le réchauffement climatique, s’accompagne de réglementations plus contraignantes. Pour les constructeurs, à court terme, il se traduit par une augmentation de la complexité de conception (modèles plus économes, hybrides, électriques, bioGNV, hydrogène…) et donc des coûts.

De façon indirecte, ces nouveaux critères pourraient réduire les options de différenciation vis-à-vis de la concurrence. Quant aux gouvernements, ils multiplient les gestes de soutien économique aux modèles moins polluants (primes à la conversion). Pour sa part, le véhicule électrique connaît à la fois un fort engouement mais suscite déjà des batailles d’information et autres intox.

Automobile voitures électriques

Pour en savoir plus :

 

  1. Placer le client, et ses données, au centre de la relation

Pour conclure, cette 5ème tendance peut s’envisager comme un objectif pour les marques :

la Relation Client continue de constituer un élément fort de différenciation marché, d’une part, et un levier de fidélisation pour les consommateurs, d’autre part. Et cela, quelles que soit leurs préférences et leurs parcours clients, entre le digital, le phygital et les concessionnaires.

Pour exemple, grâce au croisement des données véhicule-conducteur, on peut imaginer des actions de fidélisation, de personnalisation, et même d’upsell (vente d’options complémentaires, de produits et services de mobilité, etc.). Et si la crise sanitaire permettait de se préparer à ces perspectives de rebond ?

 

Pour en savoir plus, contactez Julie Bouis, Directrice des Ventes Automobile & Mobilité.

Automobile secteur

Continuez votre lecture :

Véhicules connectés : le partage des données va profiter à tous les acteurs !

Chez Renault, le design est devenu LA priorité culturelle

Mobility as a Service – L’Europe choisit la 5G plutôt que le WiFi : les opportunités pour l’expérience utilisateur

Voitures électriques, connectées et autonomes : les BATX, bientôt en tête de la course UX ?


Le 1er baromètre de l’externalisation dans les services publics

Sur le plateau des Assises de la dématérialisation 2020, Fabien Adnet, directeur secteur public chez Webhelp et Lisa Mangal de la Gazette des communes, présentent les résultats du baromètre de l’externalisation dans les services publics.

Une étude qui met l’accent sur l’importance d’un partenariat intégré Public/Privé, moteur d’opportunités à la fois pour les usagers mais également pour les agents publics.


[Energie] Comment garantir performance et proximité dans la gestion de vos interventions terrain ?

Personnaliser la relation client et répondre à toutes les spécificités qu’imposent ses activités est un challenge commun à de nombreuses entreprises du secteur.

Découvrez l’exemple d’un acteur majeur des services de maintenance immobilière, ayant pour enjeux principaux :

  1. Une grande diversité de contrats
  2. La gestion des variations d’activité
  3. La garantie de la satisfaction des utilisateurs finaux

Comment Webhelp a su répondre aux multiples défis de ce spécialiste et quels résultats concrets en a-t-il tiré ?

SHARE

L'innovation dans les services publics, pour mieux se réinventer et s'adapter aux attentes des usagers

« L’innovation c’est d’abord un point de vue, une conviction sur une approche, une capacité à se réinventer, une réelle ambition d’aller atteindre certains objectifs que l’on s’est fixés. »

L’innovation dans le secteur public : de quoi parle-t-on réellement ? Vers où veut-on aller ? Quel plan de transformation mettre en place pour renforcer les métiers et gagner en qualité de service ? Pourquoi valoriser davantage l’innovation dans l’attribution des marchés ? Comment le privé peut transformer le secteur dans l’intérêt des usagers ?

Toutes les réponses de Fabien Adnet, Directeur Secteur Public chez Webhelp, invité sur le plateau d’Acteurs Publics Solutions.


L’évaluation des services publics comme garantie de la satisfaction usagers

Dans le contexte de crise actuel, la performance des services publics est au cœur des préoccupations de l’Etat. Fabien Adnet, directeur secteur public de Webhelp revient sur la nécessaire évaluation des services aux usagers pour garantir cette performance. Quels sont les objectifs à atteindre et quels moyens doit-on mettre en œuvre pour y parvenir ?


Une approche humaine des mises en garde de la numérisation

L’année 2020 a frappé les deux industries qui gèrent les plus de consommateurs : le voyage et l’hôtellerie. Un mélange de sentiments et de nouvelles tendances à l’égard des activités de loisirs a grandement impacté le comportement d’achat dans la première vague observée durant la COVID-19. Des investissements opportuns et de nouvelles réglementations ont été mis en place, ce qui a permis aux entreprises de faire face à la deuxième vague et de mettre en œuvre leurs futures opérations.

Transformer les industries humaines

L’industrie des voyages, du tourisme et de l’hôtellerie contribue annuellement (direct, indirect et induit) à l’économie mondiale avec un montant d’environ 6,5 billions de dollars américains, représentant 10,3 % du PIB mondial, et représente actuellement 1 emploi sur 10 dans le monde.

Compte tenu de la nature du coronavirus, cela a entraîné des millions de pertes d’emplois et une évolution rapide des comportements des clients en adoptant une présence plus numérique face à des limites de la pratique d’activités de loisirs. A travers le monde, nous avons été témoins d’une accélération de la numérisation et de la transformation opérationnelle pour répondre à la demande croissante des clients et suivre les directives gouvernementales sur les lois et les réglementations visant à limiter la compacité dans les espaces publics et de réduire les heures d’ouverture.

Nous avons travaillé avec plusieurs de nos clients pour apporter de la valeur dans l’identification des domaines clés d’investissement et des points de transformation. Par exemple, en introduisant l’automatisation pour accélérer la transformation numérique à moindre coût et en assurant la continuité des activités grâce à un modèle hybride de flexibilité pour nos clients et collègues.

La première vague à engendrer pour les voyagistes un afflux d’appels et de demandes en ligne concernant les annulations, remboursements, ou rebooking de vols qui se chiffrent à des millions. Nous avons soutenu nos clients du secteur du voyage à mettre en place une stratégie rentable leur permettant de réaliser des économies de 15 à 40% du temps de traitement moyen grâce à l’intelligence artificielle et aux capacités d’automatisation. Nous avons également introduit la technologie de réponse vocale interactive (IVR) qui permet d’assurer la conformité et la protection des données.

En ce qui concerne l’accueil, de nouveaux protocoles de nettoyage et des mesures de distanciation sociale ont été mis en place dans les hôtels et les restaurants. Par conséquent, le réexamen de leurs investissements technologiques a été accéléré pour suivre le client averti.

La livraison par des tiers pour les restaurants en raison de la Covid-19 a « marqué une nouvelle ère dans le secteur de la  livraison », a déclaré Will Shu, cofondateur de Deliveroo, sans oublier des mesures de distanciation sociale pour les livraisons des repas.

Le développement d’applications internes et la mise à jour des sites Web a permis aux restaurants et aux hôtels la mise en service de nouvelles méthodes d’enregistrement et de commande des aliments par le biais de la numérisation QR. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec nos clients pour développer le meilleur type de solution technologique permettant d’évaluer les capacités et les performances opérationnelles afin d’offrir un voyage optimisé pour le client et l’entreprise.

Utiliser ces enseignements dans l’avenir

Une récente étude réalisée pour Booking.com auprès de la population française a souligné que « les gens veulent plus de valeur ajoutée, de choix, de flexibilité, de transparence et d’authenticité pour les voyageurs de demain », en mettant l’accent sur une offre avec plus d’alternatives et de forfaits intéressants et en l’adaptant en conséquence.

Cela se traduit également dans le secteur de l’industrie hôtelière, où la sécurité des clients et l’aspect humain est aujourd’hui plus important que jamais. La transformation numérique sera impérative pour soutenir ces domaines d’intérêt prioritaire afin de regagner la confiance des clients : offrir d’autres moyens de personnaliser l’expérience au travers d’autres moyens d’enregistrement, de commande de nourriture et d’accès aux offres et à l’information. Cela nécessite un équilibre entre l’humain et la technologie pour identifier les émotions et s’investir de manière authentique et proactive tout au long du parcours client.

L’industrie du voyage et de l’hôtellerie a toujours fait preuve d’une grande résilience et d’une grande adaptabilité. Aujourd’hui, nous devons adopter une approche plus humaine, en nous concentrant sur la prestation d’un service homogène sur plusieurs canaux, qui tiennent réellement compte des sentiments de notre client.

Nos services opérationnels et nos hubs multilingues offrent la possibilité d’établir un lien émotionnel et des affinités culturelles avec les clients, ce qui nous permet de nous engager avec eux sur un plan personnel pour leur fournir un service de qualité à travers de multiples canaux où qu’ils se trouvent dans le monde.


Si vous souhaitez en savoir plus sur la prestation de votre service sur plusieurs canaux, inscrivez-vous à notre prochain webinaire.

Rejoignez-nous


L'automatisation, une transformation s'impose

Une transformation s’impose : l’automatisation permet d’améliorer l’efficacité des processus et d’augmenter le SNP des clients.

2020 a ouvert les yeux des entreprises du monde entier. L’accélération des capacités numériques a été le meilleur outil pour les entreprises afin de se différencier et de surpasser les attentes des clients.

L’automatisation est devenue un outil intégral pour la stratégie de voyage des clients des entreprises. Mais lorsque des difficultés surviennent à l’échelle mondiale, nous devons envisager une approche pragmatique pour offrir une valeur personnelle et un service multicanal sans faille.

S’adapter grâce à l’automatisation 

Nous avons travaillé avec nos clients du secteur du voyage pour évaluer et mettre en œuvre une automatisation intelligente, car les entreprises cherchent à accélérer les parcours d’automatisation et à rendre leurs modèles commerciaux plus évolutifs et plus résistants aux événements inédits telle qu’une pandémie.

L’adaptation des processus d’automatisation était un choix évident pour faire face à l’afflux de demandes de la part des clients. L’automatisation permet d’écouter et de faire preuve d’empathie envers les clients grâce à la robotique, aux chatbots, aux appels vocaux, etc. qui fournissent un service de bout en bout.

Avec nos clients du secteur du voyage, nous avons mis en œuvre ces processus afin de gagner du temps et d’optimiser la rentabilité, au travers de : réponse vocale interactive (IVR), systèmes d’automatisation des processus robotiques (RPA) et analyse des données. Ces outils permettent d’améliorer et de mesurer la qualité des services fournis afin d’améliorer l’expérience globale du client.

Les voyages peuvent être une étape complexe, et l’incertitude de ces voyages en 2020 a été un facteur essentiel pour étendre ces programmes et les adapter aux besoins des entreprises.

L’automatisation au service des gens

Alors que nous faisons face à ces incertitudes, nous devons nous adapter et évoluer rapidement, surtout lorsqu’il s’agit de voyager. Comme le dit Nora Boros, spécialiste de l’industrie, « les voyageurs traversent une myriade d’émotions », le lien avec les clients n’a jamais été aussi important, mais il faut aussi s’adapter et apprendre pourquoi et comment le client interagit face à différents points de contact.

L’utilisation des données issues de la technologie IA apporte une valeur ajoutée et nous permet d’entrer en contact avec les clients sur le plan émotionnel. Cependant un lien émotionnel et une adaptation personnalisée ne peuvent pas toujours être obtenus par ce processus. Il est donc important d’avoir une approche pragmatique de la personnalisation et d’avoir des conversations approfondies avec les clients. De cette façon, nous pouvons résoudre les problèmes plus rapidement grâce à l’apprentissage machine et ainsi continuer à développer et à améliorer les expériences.

Nos conseillers sont formés à l’intelligence émotionnelle pour mieux comprendre les besoins des clients afin de fournir un service sans faille. L’automatisation est un outil qui permet aux gens d’améliorer l’expérience client et de développer leurs compétences professionnelles et personnelles.


Nous pensons que la maîtrise du pouvoir de l’automatisation et une approche fondée sur la dimension humaine vous permettent d’établir un lien avec vos clients afin de valoriser au maximum leur parcours avec vous.

Souhaitez-vous savoir comment soutenir votre stratégie d’expérience client ? Inscrivez-vous à notre tout dernier webinaire avec les principaux experts du secteur.

Rejoignez-nous


L'évolution du COVID-19

Ce que nous avons appris de la première vague pour mieux nous armer à affronter la seconde vague.

La pandémie du coronavirus a impacté tous les aspects de notre vie quotidienne. Alors que nous nous adaptons à ces changements radicaux, nous réfléchissons à ce que nous avons appris de la première vague de la COVID-19, et comment cela nous aide à mieux préparer l’arrivée de la seconde vague. De la fermeture d’entreprises non essentielles à l’immobilisation d’avions au sol et à la fermeture des frontières, notre façon de vivre a considérablement influencé la façon dont nous planifions les événements futurs : voyager, manger au restaurant, même voir des amis ou de la famille. Cette nouvelle réalité a rapidement balayé tout ce que nous considérions comme acquis lors de la première vague. Alors que va-t-il se passer avec la seconde vague dans laquelle nous nous trouvons déjà, alors que nous nous préparons pour Noël ?

Un voyage émotionnel

On peut dire sans se tromper que la première vague nous a montré l’importance de la résilience, de l’adaptabilité, de la flexibilité et de l’empathie pour nous permettre de traverser cette phase critique d’incertitude et nous préparer à attaquer le niveau supérieur. En tant qu’experte dans l’industrie du voyage et des loisirs, Nora Boros s’attendait à ce que le paysage futur post-COVID évolue, ces caractéristiques n’ont jamais joué un rôle plus important pour que les entreprises de l’industrie du voyage et de l’hôtellerie restent ouvertes et maintiennent leurs activités. Alors que la seconde vague pointe le bout de son nez, il est essentiel que ces industries humaines du voyage et de l’hôtellerie tirent les leçons des défis imposés et saisissent l’opportunité de se concentrer sur la prestation d’une expérience client multicanal transparente pour rester en tête.

Lier l’émotion au voyage client

L’industrie du voyage et de l’hôtellerie est aujourd’hui pleine d’incertitudes, certaines qui n’étaient pas nécessairement prioritaires pour les clients, telles que les procédures de nettoyage, l’hygiène, restrictions touristiques locales et nationales, etc. La prise en compte de ces mesures avant de réserver un voyage ou une table rendent le processus d’achat pour les clients multiformes et plus émotionnel qu’il ne l’était avant COVID.

Pour s’adapter à ces changements, les entreprises sont invitées à réinventer leur stratégie commerciale et à communiquer avec leurs clients de différentes façons afin d’offrir une expérience plus significative et de répondre à leurs attentes malgré ces moments difficiles.

Chez Webhelp, nous avons publié une étude en collaboration avec YouGov, sur la façon de communiquer avec les clients et entrer en contact avec leurs émotions pour que les organisations puissent mettre en œuvre leur stratégie d’expérience client et se distinguer sur le marché. Nous avons identifié les cinq principales sources de connexion émotionnelle :

  • L’expérience globale du client,
  • La marque est facile à gérer,
  • Les valeurs de la marque sont similaires aux miennes,
  • La qualité des interactions avec la marque,
  • Et la marque est « humaine ».

Comme le montre l’étude, l’expérience client est au sommet du podium, avec un autre facteur clé qui définit la marque, « l’Humain ». Dans la philosophie de Webhelp, nous privilégions les personnes et l’esprit humain.

Nous avons travaillé avec plusieurs de nos clients du secteur du voyage afin de comprendre leurs besoins et leurs attentes, et de communiquer avec eux de manière ciblée. Comme le dit John Leighton, chef du service à la clientèle, easyJet seule « l’utilisation ciblée de ces données est essentielle pour établir un lien émotionnel, combinant cela avec l’expérience humaine permettra de gérer les attentes, et de créer des liens solides entre les clients. »

Alors que le monde traverse une crise collective, ce point commun nous conforte dans notre approche de la compréhension des clients sur le plan émotionnel pour offrir une expérience plus humaine. Le besoin de ce lien personnel sera de plus en plus apprécié lorsqu‘il s’agira de voyager à l’avenir, et il est impératif que l’industrie l’inclue dans l’élaboration de sa stratégie d’expérience client pour aller de l’avant.


Vous souhaitez en savoir plus sur la façon d’utiliser les données pour établir des liens émotionnels avec vos clients ?

Inscrivez-vous à notre dernier webinaire où nous discuterons de la façon dont les entreprises peuvent repenser leur stratégie d’expérience client et leur transformation opérationnelle/numérique .

Rejoignez-nous

Répondre aux attentes des voyageurs en ce qui concerne l'avenir des voyages

En raison des événements liés à la COVID-19, ce qui était autrefois un passe-temps favori est maintenant abordé avec plus de réticence. Le comportement des voyageurs a rapidement changé, beaucoup d’entre eux ayant choisi de ne pas voyager du tout cette année. Cela a changé notre façon de penser les voyages, ce qui a entraîné une transformation historique des entreprises et de la société.

En 2019, plus de 4,5 milliards de personnes ont été transportées par l’industrie aérienne mondiale. Au début de l’année 2020, tout cela a changé. Sans surprise, les voyages ont été interrompus à cause du coronavirus. Le nombre total de vols a commencé à diminuer de plus de 60 %, selon les statistiques de suivi de Flightradar24. Cela était dû à la gravité du virus, qui obligeait les gouvernements à immobiliser les avions au sol et à cesser tout voyage jugé “inutile”.

Les directives gouvernementales se sont progressivement assouplies en juin, permettant aux voyages et aux activités de loisirs de reprendre et de revenir à une certaine forme de « normalité » pour relancer l’économie. Toutefois, selon IATA, la demande de passagers n’a pas connu d’amélioration significative en raison du confinement et de la mise en quarantaine de certains marchés, avec un trafic du mois d’août étant le pire de l’industrie pour la saison estivale : « la demande de transport international de passagers en août a chuté de 88,3 % par rapport à août 2019 ».

Répondre aux attentes des voyageurs

Prendre l’avion et voyager à travers le monde n’est pas une priorité pour tout le monde en ce moment. Les gens ne voyagent plus comme avant la pandémie. L’incertitude de l’arrivée d’une « seconde vague » est à l’origine de la frustration et de l’instabilité émotionnelle de nombreuses personnes pour l’avenir. Et comme les marchés imposent des règles de quarantaine, ceci est entré en compte pour les voyageurs qui souhaitent se rendre à l’étranger.

Le voyage est reconnu comme un sentiment d’évasion – désormais chargé de préoccupations qui n’étaient pas toujours au premier plan auparavant : les procédures de nettoyage, l’hygiène, ou les endroits à visiter.

Nora Boros, responsable du secteur Voyage et Mobilité de Webhelp, déclare dans notre article précédent : « Quel que soit le type de voyage effectué, les clients passent par une myriade d’émotions avant, pendant et après leur voyage – ce qui va sans aucun doute affecter leur comportement de consommation ».

La première vague de la COVID-19 a amplifié ces émotions ; affectant sans aucun doute les comportements et les attentes des consommateurs vis-à-vis des voyages et de l’industrie en général.

Néanmoins, elle permet aux organisations de renforcer et de trouver d’autres moyens de transformer leurs services et d’offrir aux voyageurs de nouvelles façons d’atteindre le plaisir de vagabonder.

La santé et la sécurité sont plus que jamais au premier plan des voyages. Les passagers sont plus curieux de connaître les politiques d’hygiène et de savoir à quoi ressemble exactement le processus avant, pendant et après le vol – il en va de même pour les voyages intérieurs.

Il n’est pas surprenant que de nombreuses personnes aient choisi de ne pas voyager, de ne pas partir en vacances ou de garder leurs projets pour un voyage en 2021. Un sondage Euronews a été réalisé dans quatre pays européens – l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne – afin d’identifier les projets de voyage qui ont fait l’objet d’une comparaison avant et après la COVID. Les répondants de tous les pays ont constaté une diminution de plus de 60 % de leurs voyages à l’étranger, une augmentation moyenne de 50 % de l’absence de voyage, tandis que les voyages nationaux sont restés stables entre 24 % et 40 %. Une enquête de Statista a montré qu’« un tiers des personnes interrogées au Royaume-Uni prévoyaient de passer leurs congés annuels en vacances au Royaume-Uni si les voyages à l’étranger étaient encore difficiles en raison des restrictions de confinement. Plus d’un quart des répondants s’attendaient à passer plus de temps chez eux ».

Les voyages influencent les nouvelles méthodes de travail

Bien que le fait de passer plus de temps à la maison permette aux gens de passer du temps avec leur famille et de se consacrer davantage à eux-mêmes, de nombreuses personnes ont dû quitter leur domicile pour se rendre au travail afin de trouver et de maintenir un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée.

Ces changements ont affecté les comportements des gens concernant leur lieu de travail, les incitant à rechercher d’autres alternatives de déplacements, une forme de travail à domicile, mais n’importe où.

« Alors que nous continuons à nous adapter aux nouvelles méthodes de travail, notre vie professionnelle devient plus flexible », déclare Nora Boros dans notre blog sur l’avenir des voyages. Elle rajoute « les voyages de loisirs se mêleront aux besoins des entreprises, en tenant plus que jamais compte du concept de « Bleisure » ».

L’introduction de modèles hybrides de travail flexible permet aux collègues de travailler à domicile, au bureau ou n’importe où dans le monde. Cela pourrait permettre d’allonger les trajets pour les voyageurs qui souhaitent séjourner dans un endroit disposant d’un espace de travail, ou entraîner une augmentation de la mobilité internationale que les organisations pourraient mettre en œuvre.

Webhelp a utilisé l’approche de travail flexible, Webhelp Anywhere, avec plusieurs clients pour assurer la sécurité des collègues tout en réalisant positivement la continuité des activités. Nous avons soutenu nos clients dans leur stratégie de transformation numérique en identifiant des objectifs à court terme et des objectifs à long terme durables pour traverser la crise et s’adapter à la nouvelle normalité.

Alors que nous continuons à traverser ces temps incertains, c’est l’occasion d’investir dans des capacités de transformation numérique et opérationnelle et de devenir un élément différenciateur sur le marché, car cela jouera un rôle clé pour aider les voyageurs à se sentir en sécurité lors de leurs futurs voyages.


Vous souhaitez en savoir plus sur ces changements et sur les attentes des voyageurs pour l’avenir ?

Inscrivez-vous à notre webinaire où nous discuterons de la manière dont les entreprises peuvent repenser leur stratégie en matière d’expérience client et leur transformation opérationnelle / numérique.

Rejoignez-nous

5G et relation client – Ce que veulent les early adopters

La 5G va s’ouvrir officiellement en France, dès décembre. Avec la commercialisation de nouveaux équipements et forfaits 5G, les questions des premiers clients – ou early adopters – ne vont pas manquer d’affluer dans les centres de contact. Quelques observations de Jalil Lahlou, directeur business unit Télécom & High-tech chez Webhelp.

  • Les early adopters de la 5G voudront profiter de leurs smartphones dernière génération

Trois conditions préalables pour profiter de la 5G : se trouver dans une zone couverte, disposer d’un smartphone compatible et d’un forfait 5G. Il ne sera pas nécessaire de changer de carte SIM. Les smartphones dernière génération ont la capacité d’accéder et de commuter entre les réseaux 4G et 5G, suivant le besoin. Par ailleurs, certains opérateurs vont pousser les usages en offrant 2 cartes SIM, à destination des usagers disposant également d’une tablette, d’une montre connectée ou d’un PC portable compatible – l’offre devant se développer progressivement. Il faudra probablement lever les ambiguïtés concernant le mode Dual SIM.

  • Certains early adopters de la 5G sont intéressés par le streaming vidéo

Les amateurs de services de streaming vidéo, tels que Netflix ou Amazon, feront partie des premiers consommateurs. La qualité et la fluidité de l’affichage bénéficieront du débit élevé de la 5G. De même, les amateurs de téléchargement vidéo verront les temps de chargement significativement réduits. De quoi satisfaire aussi, sur le papier, les amateurs de vidéos 4K et 8K qui voudront les partager. Mais en réalité, tout va dépendre des débits effectifs…

  • Un frein pour les early adopters de la 5G : quand viendront les « vrais » débits ?

Du côté des freins, la question ne manquera pas d’être posée : quelle sera la date d’arrivée des débits promis par la 5G, c’est-à-dire ceux proches de la fibre (le débit maximal théorique annoncé dépassant 1 Gbit/s !). Rappelons qu’en 2021 la 5G aura un débit limité (5G non standalone, c’est-à-dire couplée avec la 4G) et qu’il faudra attendre une évolution du réseau de l’opérateur pour tirer parti de la « vraie » 5G standalone.

  • La 5G va apporter des avantages aux gamers

La 5G promet des temps de latence plus courts. Autrement dit, la fluidité des interactions sera améliorée, ce qui devrait profiter aux amateurs de jeux vidéos en ligne et au cloud gaming (Microsoft Xcloud). Cependant, il n’est pas certain que l’offre soit très étoffée : certains éditeurs pourraient retarder la diffusion de leurs jeux, pour éviter de décevoir leur public – les performances actuelles de la 5G n’étant pas suffisantes. Mais, à court ou moyen terme, les joueurs équipés de smartphones hyper-puissants, couplés à la 5G, prendront l’avantage !

  • Objets connectés et 5G : qui est concerné ?

Les objets connectés seront certainement les grands gagnants du passage à la 5G. Grâce à elle, les possibilités d’échange de données vont être surmultipliés. Pour le grand public, les 3 domaines qui devraient en profiter à terme sont les véhicules connectés, la santé connectée et la maison connectée. C’est toutefois dans le domaine des objets connectés à usage industriel que la 5G promet d’être révolutionnaire, en permettant une connectivité massive.

  • Et concernant d’inquiétantes rumeurs…

La 5G fait l’objet de vifs débats, pas seulement en France. Les questions des clients et prospects qui remontent concernent le débat sanitaire et environnemental. À l’heure actuelle, contrairement aux affirmations officielles, 175 études ont été menées dans le monde sur le sujet de la 5G. Pour l’heure, en ce qui concerne les ondes millimétriques (bande des 26-28 GHz), il est vrai que l’on manque de données scientifiques sur leur éventuel impact sanitaire. Mais ces gammes de fréquence ne seront probablement déployées qu’en 2025, et des études indépendantes sont en cours. Pour sa part, Stéphane Richard, le PDG d’Orange a une position claire : « je suis tout à fait d’accord pour dire qu’il ne faut pas se précipiter pour les utiliser, et attendre qu’il y ait des travaux qui soient faits ».

 

À suivre ! Et vous, quelles questions vous sont remontées ?